Andrea DI NERIO (documenté à Arezzo de 1331... - Lot 200 - Art Valorem

Lot 200
Go to lot
Estimation :
5000 - 6000 EUR
Result without fees
Result : 7 200EUR
Andrea DI NERIO (documenté à Arezzo de 1331... - Lot 200 - Art Valorem
Andrea DI NERIO (documenté à Arezzo de 1331 à 1369, disparaît avant 1387) Vierge de l'annonciation Pinacle de retable Peinture à l'oeuf et fond d'or sur panneau de bois Hauteur. 24cm - Longueur: 26,5cm - Epaisseur : 2.5 cm Provenance : "Collection Bergevin" : Albert Emile Bergevin, (1859 - 1940)puis son fils (Albert Bergevin 1887 - 1974), artiste peintre puis par descendance. Panneau de forme triangulaire, dont la pointe supérieure a été sectionnée, constitué de deux planches Fond d'or d'origine, usé et gravé de motifs décoratifs en spirales, exécutés au poinçon. Sur le livre ouvert, inscriptions non lisibles. Auréole de la Vierge : fond d'or grené, d'origine, frappé de larges cercles plus récents. Le panneau se détache sur le fond d'or ornementé, la Vierge vêtue d'une robe rose que recouvre un manteau bleu doublé de vert, est assise sur un nuage rose et blanc formant siège. Elle se tourne vers sa droite, le bras droit levé, tandis que sa main gauche maintient le livre ouvert sur son genou. La scène de l'Annonciation est relatée par saint Luc (1,26-38). L'auteur de cette peinture a choisi de montrer l'instant de stupeur éprouvé par la Vierge lors de l'apparition de l'archange Gabriel et non, comme la plupart des peintres, celui de son acceptation et de sa soumission. Le peintre saisit la Vierge dans un mouvement de torsion subite de son corps, le bras levé, exprimé par la fluctuation des plis de la robe et du manteau et traduit son hébétude devant l'arrivée de l'archange - son compagnon actuellement manquant - par l'immobilité de son visage. Il faut sans doute rechercher l'identité de l'artiste créateur de cette peinture, inédite à ce jour, parmi les peintres qui ont travaillé en Toscane dans la seconde moitié du XIVe siècle et plus particulièrement dans le Casentino dont Arezzo fut la cité centrale. Faisant suite à la présence des peintres locaux Donato et Gregorio d'Arezzo, actifs au début du XIVe siècle, se succèdent les personnalités artistiques fondatrices de l'école d'Arezzo : Le Maître de Vescovado et Andrea di Nerio, aux côtés des peintres itinérants : les giottesques Taddeo Gaddi et Buonamico Buffalmacco et le siennois Pietro Lorenzetti. Ils fondent le substrat sur lequel se développe la peinture de cette région, avant que ne s'affirme vers les années 1370, la personnalité dominante de Spinello Aretino, dont Andrea di Nerio fut le maître. Ce dernier, connu par les documents comme Maître en 1331 et poursuivant sa carrière jusqu'en 1369, disparaît sans doute avant 1387, date à laquelle il n'est plus cité dans les archives. La découverte de la signature d'Andrea sur la fresque de l'Annonciation (Arezzo, Museo diocesano, provenant de l'église San Marco di Murello) a permis à la critique de grouper des oeuvres de ce peintre et d'en dresser le catalogue (cf. A. Maetzke, Arte nel Aretino , recuperi e restauri dal 1968 al 1974, exposition Arezzo 1974-1975, p. 53-58 ; S. Weppelmann, Spinello Aretino e la pittura del Trecento in Toscana, Florence 2011, p. 45-46) Parmi celles-ci citons entre autres : la Vierge à l'Enfant de l'ancienne collection Harris (Oxnead Hall, Norfolk) passée à la galerie Sarti, et actuellement à la fondation Ivan Bruschi d'Arezzo (cf. A.De Marchi, Entre tradition et modernité, Peinture italienne des XIVe et XVe siècles, Galerie Sarti, 2008 p. 24-29) Trois panneaux de prédelle relatant des scènes de la vie de saint Jean Baptiste, Berne, Kunstmuseum, et Avignon, Musée du Petit Palais (cf. G. Freuler, Manifestatori delle cose miracolose , Arte italiana del '300 e '400 da collezioni in Swizzera e nel Liechtenstein, Fondation Thyssen Bornemisza, Lugano 1991, pp. 189-190 et M.Laclotte , E. Moench, Peinture italienne, Paris 2005, n°13) ; Saint François et Saint Dominique, fresque sur une colonne (Arezzo, Pieve di Santa Maria) ; Plusieurs panneaux actuellement dispersés présentant des saints, provenant d'un retable double-face (cf. M. Boskovits, The Alana collection, Florence, 2009, p.23-29 ; I. Droandi, « Contributo per Andrea di Nerio e per i collaboratori aretini di Spinello », in In nome di buon pittore, Spinello e il suo tempo, Pise 2016, p.53-72). Devant cette Vierge de l'Annonciation, une première constatation - relevée également dans les panneaux de la Madone «ex Harris » et ceux de Berne - concerne l'utilisation de la gravure du fond d'or à la pointe lisse associée au grenage au stylet. Cette technique ornementale archaïque, conservée par l'artiste, demeure hautement décorative par les effets de variation lumineuse qu'elle engendre. D'autres caractères permettent d'intégrer notre Vierge de l'Annonciation au groupe d'oeuvres pré- citées où l'on discerne un égal étirement des formes et un traitement des vêtements aux plis profonds, une manière identique d'ourler le visage par une chevelure ondulée découvrant le pavillon auriculaire
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue